Accueil
Menu principal
Accueil
Agendas
Points forts
Vie Universitaire
Conseil de l'Université
Conseil Exécutif
La Vie Académique
La Recherche
Offres et opportunités
Plan du site
Avis divers
Partenaires
Nous Contacter
Rechercher
Portail de l'UEH
Messagerie UEH
Comment faire?
Identification





Mot de passe oublié ?
RSS
Archives
Derniers articles
Traitements traditionnels familiaux du Diabète et de l'hypertension artérielle Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Le Rectorat de l'Université d'État d'Haïti et la Fondation Haïtienne de Diabète et des Maladies Cardio-vasculaires (FHADIMAC) ont présenté les résultats de l'étude «Traitements traditionnels familiaux du diabète et de l'hypertension artérielle dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince», le mercredi24 juin 2009.

RÉSUMÉ

L’Université d’État d’Haïti a entrepris en collaboration avec la FHADIMAC une étude dont l’objectif était de répertorier et d’analyser les connaissances en matière de médecine familiale pour le diabète et l’hypertension dans la région de Port-au-Prince.

Du point de vue méthodologique, l’étude s’est réalisée au moyen d’un questionnaire et par des interviews de type « face à face » dans dix (10) quartiers défavorisés de la zone métropolitaine. Le traitement des résultats a permis de constater que la population de ces zones considère ces deux (2) affections comme très dangereuses et qu’elle fait majoritairement appel à la médecine conventionnelle pour les traiter mais qu’un quart des gens interrogés s’adressent à la médecine traditionnelle familiale. Elle révèle aussi que la population connaît un certain nombre de symptômes de ces affections, ce qui lui permet de savoir de quoi elle souffre, même si certains signes évoqués semblent plutôt fantaisistes. La population a également pu identifier plusieurs facteurs de risque importants de ces affections.

En ce qui concerne les traitements appliqués, trente cinq (35) plantes ont été répertoriées en cas de diabète, les trois (3) plantes les plus utilisées étant l’Aloes (Aloe vera), l’Asowosi (Momordica charantia) et le Mabi (Colubrina).

En cas d’hypertension, 21 plantes ont été évoquées et celles présentant la plus forte fréquence d’utilisation sont Zanmann (Terminalia catappa), Lay (Allium sativum) et Lougawou (Kalanchoe pinnata). Pour ce qui est de l’alimentation, l’aliment le plus recommandé en cas de diabète comme en cas d’hypertension est le petit mil (Sorghum vulgare), ce qui, en regard de la composition de cette céréale, semble être un usage adéquat même si d’autres études devraient être menées.

En cas de diabète, les enquêtés ont évoqué plusieurs autres aliments parmi lesquels les pois congo, le blé, les bananes alors qu’en cas d’hypertension, les fruits et les légumes occupent une place de choix. Des travaux complémentaires s’avèrent nécessaires sur ces pratiques qui semblent présenter de l’intérêt au point de vue thérapeutique, certaines plantes répertoriées étant aussi utilisées ailleurs contre ces affections et plusieurs espèces présentant des propriétés pouvant expliquer ces usages.

Cette étude a été coordonnée par Marilise Rouzier, consultante au Rectorat de l’Université d’État d’Haïti en Valorisation des Savoirs Locaux et par le Dr. Nancy Charles Larco, Directrice de la Section éducative de la FHADIMAC.

  • Pour toute information, contacter M. Wilson Dorlus, Directeur de la Recherche ( Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir )